4M7 éditorial sept 2021

Bruxelles, tes langues sont aussi ton patrimoine !

C’est sous ce titre que notre collègue et administrateur Charles-Etienne LAGASSE a publié une

carte blanche dans Le Soir en ligne dès l’annonce

de la dernière agression du Ministre Pascal SMET

contre la langue française. En rebaptisant les

Journées du Patrimoine à Bruxelles en Heritage

Days, sous couvert de lutte contre une approche

patriarcale vu l’origine du mot patrimoine, il a pour￾suivi son entreprise d’éradication du français dans

l’espace bruxellois. Avec comme conséquence

que pour la même manifestation, les Wallons et

les Bruxellois ne parleront plus la même langue !

Sur les arguments de fond, nous renvoyons

à la carte blanche précitée : Voici le lien https://

plus.lesoir.be/391284/article/2021-08-26/carte￾blanche-bruxelles-tes-langues-sont-aussi-ton￾patrimoine

Vous constaterez qu’au-delà de l’argument légal,

l’auteur de cette tribune relève des incohérences

dans cette nouvelle dénomination des journées

en question. Il rappelle aux écologistes que la

diversité culturelle est un volet d’une approche

écologique. Aux gens de gauche, il précise que le

fait d’implanter systématiquement dans notre vie

sociale les concepts de l’univers anglo-américain

paraît une curieuse façon de prendre ses distances

par rapport à leurs valeurs. Il dit aussi aux féministes

que le rejet du mot « patrimoine » au motif que

celui-ci se référerait prétendument au patriarcat,

est non seulement une erreur (va-t-on supprimer

le mot matrimonial pour les mariages ?), mais c’est

tomber à pieds joints dans le piège prétexte des

auteurs de ces atteintes au visage de Bruxelles.

Et pourquoi recourir à la langue anglaise qui a

justement supprimé le genre féminin ?

Il importe de souligner qu’en matière d’agres￾sion contre les langues, Pascal Smet ne fait ici

que récidiver. Nous nous souvenons, alors qu’il

était ministre de tutelle de la STIB, de sa décision

de créer dans certaines stations de métro des

bootiks et des kiosks. Le recours à un tel charabia

n’avait pas manqué de susciter des réactions.

Malheureusement malgré ce mécontentement et

les avis négatifs tant du Conseil d’Etat que de la

Commission permanente de contrôle linguistique,

le Gouvernement bruxellois persiste à récidiver

dans son anglomanie qui fera de Bruxelles une capi￾tale dont la langue est celle d’un globish d’aéroport.

Il est à noter que le Gouvernement wallon avec la

dénomination de son plan « Get up Wallonia » verse

dans le même ridicule.

Nous nous en tiendrons ici aux retombées média￾tiques et politiques de cette affaire des Heritage

Days. Ce qui est notable en l’occurrence, c’est

que les Bruxellois ne se laissent pas faire : on a vu

fleurir dans les réseaux sociaux, dans les médias

et dans le monde politique des réactions visant à

mettre un holà à cette dérive.

Ladite carte blanche précitée a été maintes fois

partagée via Facebook et Twitter. Cela a égale￾ment été le cas de celle de Bernard HENNEBERT,

l’animateur du Blog Consoloisirs et promoteur des

droits des usagers dans le secteur de la culture, qui

est monté au front. Une tribune dans La Libre fut

également publiée à son initiative. La RTBF, pour￾tant complice de maints anglicismes, a consacré

une émission de Vivacité à ce débat.

Côté politique, le premier à réagir fut le bourg￾mestre de Woluwe-Saint-Lambert Olivier

MAINGAIN dans la Dernière Heure, annonçant

qu’il ne diffuserait pas cette appellation dans sa

commune. On signalera aussi la tribune du député

MR Gaëtan VAN GOITSENHOVEN dans Le Vif en

ligne, annonçant qu’il déposera une proposition de

résolution au Parlement bruxellois, la plainte à la

Commission permanente de contrôle linguistique

du député Défi Christophe MAGDALIJNS et le

dépôt d’une demande d’interpellation de la députée

Défi Marie NAGY. Mais rien à la date de la rédaction

de ce billet, hélas, du côté du PS ou Ecolo. La Ligue

francophone et wallonne de la région de Bruxelles

reste dans l’attente de leurs réactions.

Sur son profil Facebook, Emmanuel De BOCK,

chef de groupe Défi au Parlement bruxellois, a

réagi avec un humour qui mérite d’être ici repris.

J’avais cru, disait-il, que la Région organisait une

grande action de communication sur sa fiscalité

avantageuse en matière de droits de donation et

successions… ! Ce trait d’humour

nous montre que cette dénomi￾nation nouvelle des Journées du

Patrimoine non seulement prête à

rire mais n’amènera certainement

pas de nouveaux visiteurs sur les

sites ouverts au grand public.

Le temps de la résistance cultu￾relle est arrivé. Quels en sont les

outils ? En voici deux, d’usage

facile par tout un chacun. Sur les

réseaux sociaux, on voit fleurir l’af￾fiche numérique (téléchargeable)

« Ici on parle français ». Notre

Ligue participe à ce combat pour

la diversité culturelle en mettant à

disposition des affichettes auto￾collantes « Et en français ? ». Pour

les obtenir, n’hésitez pas à contac￾ter la rédaction de ce journal.

‘Le conseil d’administration de la L.F.W.R.B’